Crédit à la consommation : est-ce une bonne ou une mauvaise dette ?

Partager c'est aimer!

Est-ce une bonne idée de souscrire au crédit à la consommation ? Telle est la question que bon nombre d’investisseurs n’arrêtent pas de se poser. En effet, s’endetter est l’action de prélever des sommes dans son patrimoine futur pour les utiliser dans le présent, et payer un intérêt pour ce service. C’est parfois une bonne décision. Bien souvent, c’est une mauvaise. Comment le savoir ? Faisons le tri entre bonnes et mauvaises dettes !

Comment distinguer bonne et mauvaise dette ?

La dette générée par un crédit à la consommation est bonne dans certaines configurations. Par exemple, si vous vous retrouvez, une fois la dette remboursée, dans une meilleure situation personnelle et financière que si vous ne vous étiez pas endetté. Si elle offre toutes les garanties que les remboursements seront effectifs avant les échéances.

Ainsi, si nous nous plaçons uniquement sur le plan financier, la dette idéale financera un bien ou un service qui permet :

  • de rembourser le montant emprunté (l’actif acquis doit donc conserver de la valeur);
  • de rembourser les intérêts de la dette (il doit aussi générer des revenus);
  • de générer une marge qui permet l’enrichissement (sans quoi l’opération serait neutre).

Quelques exemples de bonne dette

La bonne dette se définit d’abord par ce qu’elle permet d’acheter. Pour l’agence de la consommation financière du Canada, c’est un crédit affecté dans quelque chose qui est profitable ou prend de la valeur sur le long terme. Voici quelques spécimens de types de crédits qu’on peut qualifier de bonnes dettes :

Un prêt immobilier pour acheter sa résidence principale

Acheter un bien immobilier de surcroît, sa résidence principale est souvent une bonne idée si vous restez plus de 7 ans dans le même endroit. La propriété ne génère pas de revenu à proprement parler, mais permet de réaliser une économie de loyer, ce qui revient au même.

Les crédits à la consommation pour étudiants

En règle générale, obtenir des diplômes est synonyme de connaissances et de compétences acquises. Plus le niveau d’étude est haut, plus vous visez un revenu supérieur. Demander un crédit qui permet de financer ses études est plutôt une bonne dette.

Prêt à la consommation pour entreprise et investissement

On a besoin d’argent pour faire croître une entreprise. Le crédit à la consommation souscrit dans cette optique va générer un rendement. Si ce rendement est supérieur aux taux d’intérêt du prêt, alors il peut s’avérer être une bonne dette.

Obtenir un crédit pour investir dans l’immobilier

À très long terme et en moyenne, l’immobilier a tendance à prendre de la valeur. Qu’il s’agisse d’un bien détenu en direct ou via une SCPI, l’opération est gagnante si les loyers nets compensent le taux de prêt. L’effet de levier, qui consiste à développer son patrimoine grâce à de l’argent emprunté sans apport personnel, joue alors à plein et permet la croissance du capital.

Tout est question d’équilibre budgétaire : le financement doit être calibré pour que le remboursement de l’emprunt reste supportable sans avoir à trop se serrer la ceinture. Il ne faut jamais sacrifier ses marges de manœuvre. C’est à cette condition seulement que le crédit à la consommation pourra être considéré comme une bonne dette.

La mauvaise dette

Pour la mauvaise dette, c’est bien plus simple.

La mauvaise dette finance des dépenses qui ne vous feront pas gagner d’argent et qui ne prendront pas de valeur.

Lorsque le crédit à la consommation finance les achats suivants, c’est certainement une mauvaise dette :

  • Des biens d’équipement (meubles, hifi, cuisine, etc.);
  • Des vêtements;
  • La réalisation des travaux alors que tout est en bon état;
  • Des consomptibles (biens qui disparaissent dès leur usage : vacances, coiffeur, mariage, loisirs, etc.);
  • La consommation courante (les courses);
  • Une urgence matérielle (alors que l’épargne de précaution devrait jouer ce rôle).

La caractéristique commune entre tous ces achats, c’est qu’ils ne génèrent ni trésorerie ni économies de charges.

Nous avons vu que la bonne dette se remboursait toute seule (ou au moins, elle y contribuait) grâce aux revenus supplémentaires qu’elle permettait.

À l’opposé, la mauvaise dette ne contribue en rien à son remboursement. Elle vous laisse intégralement cette charge ! C’est la principale différence avec une bonne dette.

Avoir une mauvaise dette, c’est donc sacrifier l’avenir pour le présent, et utiliser les fruits de son travail futur non pas pour consommer ou épargner, mais pour rembourser les dépenses passées (avec intérêts).

Crédit à la consommation : une mauvaise dette

Cette dette vous appauvrit le prêteur. Même chose pour les paiements en 10 fois sans frais : c’est gratuit, mais c’est bien un crédit !

Une dette reste une dette

Attention : les cartes bancaires des grands établissements financiers (Carte PASS, etc.) sont en apparence des solutions de paiement, mais leurs « services complémentaires » incitent au débit différé et au crédit à la consommation : ces cartes sont une porte d’entrée vers la débâcle financière ! Elles peuvent à terme conduire au surendettement si on ne prête pas garde.

Finalement, distinguer bonne et mauvaise dette dépendra aussi de votre vie et de vos buts personnels : l’aspect financier ne fait pas tout.

Même si une dette est bonne « sur le papier », vous n’avez aucune obligation de la souscrire. Ne rien devoir à personne, c’est une belle liberté.

En revanche, la dette ne doit jamais être une réponse à un budget déséquilibré, car elle ne résout en rien le déséquilibre. Ne soyez pas un débiteur perpétuel, qui poursuit les offres de crédit vantées par les banques et organismes de crédit. Ne vivez pas à crédit, travaillez avant tout sur votre budget, éventuellement accompagné d’un coach financier.

Comment éviter de tomber sur les mauvaises dettes ?

Les solutions que je propose généralement aux emprunteurs potentiels ne sont pas compliquées. Pour que votre crédit à la consommation ne tourne pas au fiasco, faites une simulation. Elle vous permettra de prendre conscience de vos dépenses et vous pourrez avoir une idée claire de votre capacité d’emprunt.

Néanmoins, si vous êtes déjà dans le cercle vicieux des mauvaises dettes, ne paniquez pas. Prenez le temps d’évaluer quelle est votre capacité de remboursement du prêt. Une fois cela fait, mettez sur pied un plan de remboursement en priorisant ceux ayant les plus gros intérêts.

À présent, vous disposez de toutes les cartes pour distinguer une bonne d’une mauvaise dette. Ce qui est une bonne chose pour vos investissements futurs.

Partager c'est aimer!

Articles similaires

0 Comments

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

shares